REMONTAGE DU TRAIN AVANT

Après la réparation du train avant depuis la dernière NOTE, le remontage peut commencer. Les bras, les fusées et les tambours attendent depuis plus de 10 ans dans les cartons.

A la différence des cox, le train avant n’est pas démontable et fait donc partie intégrante du châssis, il est aussi réglable en hauteur, possède des roulements à aiguilles, des joints d’étanchéité au niveau des pivots, de tambours en alu, des doubles cylindres de roues sinon à part ça c’est ressemblant.

train avant 356.jpg

Pour commencer, un outil très simple est réalisé.

IMG_1815.jpg

Il s’agit d’un gabarit pour positionner correctement les lames de suspension.

IMG_1813.jpg

Entre temps les têtes de pivots et les rotules sont mises en peinture

IMG_1808.jpg

Cela rouillera moins vite …

IMG_1811.jpg

Coté conducteur, les bras de suspension sont remontés.

IMG_1823.jpg

Puis la fusée à pivots et les amortisseurs KONI réglables qui étaient comme neufs quand j’ai acheté la voiture en 1999. Ils semblent encore en bon état, on verra à l’utilisation.

IMG_1824.jpg

Mesure des plans d’appuis des bras des suspension pour calculer le nombre de rondelles à mettre en place pour obtenir le bon carrossage de la fusée.

calage bras.jpg

De nouvelles rondelles sont commandées, elles mesurent 5/10° d’épaisseur

IMG_1816.jpg

Les fusées à pivots avaient été refaites au début de la restauration en 2004. La peinture est sèche !

IMG_1820.jpg

Le plateau de freinage est mise en place avec les mâchoires et les cylindres de roues.

IMG_1822.jpg

Cylindres de roue ATE, ressorts neufs.

IMG_1826.jpg

Coté passager par contre cela ne se passe pas comme espéré … Impossible de mettre en place les joints et les 2 coupelles spéciales !

Coupe de détail sur les pivots et la fusée d’une 356.

fusée 356.jpg

Le joint et la coupelle spéciale coté conducteur.

joint fusée.jpg

A y regarder de plus près les étriers de fusées ne sont pas exactement les mêmes, je n’y avait pas fait attention jusque là ! Coté conducteur, (flèche rouge) l’étrier de fusée n’a pas de collerette. Coté passager (flèche bleue), l’étrier dispose d’une collerette empêchant le montage du joint et de la coupelle.

fusées différentes.jpg

La référence de l’étrier sans collerette coté conducteur est VW 111 405 357.

IMG_1819.jpg

coté passager, réf. VW 111 405 358

IMG_1818.jpg

Après quelques recherches, les étriers de fusées pour 356 sont bien des pièces provenant de chez VW donc identiques aux cox mais un usinage complémentaire est apportée pour les 356, à savoir la suppression d’un côté de l’étrier des collerettes pour pouvoir monter des joints d’étanchéité contrairement aux cox qui en sont dépourvues.

J’ai donc un étrier de cox coté passager. Après l’avoir monté dans un premier temps sans joint comme sur une cox, je l’ai finalement démonté pour y apporter l’usinage nécessaire. La fusée en question avant l’opération.

IMG_1873.jpg

Démontage de l’étrier à la presse (ou plutôt remontage …)

IMG_1872.jpg

La fusée en pièces détachées

IMG_1870.jpg

Usinage de l’étrier en cours sur la table de la fraiseuse.

Plus de collerettes …

Mise en peinture

Je termine le remontage côté passager avec le freinage et l’amortisseur

Coté tambours, avec les nouveaux roulements à rouleaux en 2 parties, des bagues intermédiaires sont montées à l’intérieur des joints spi. Elles permettent de ne pas endommager la lèvre du joint spi quand on retire le tambour.

Réf. des bagues intermédiaires : 644 341 663 00

Il faut donc chercher sur le manuel d’atelier à partir des modèles BT5 pour trouver ce montage. Sur le manuel d’atelier des 356A, il n’y pas de bagues car il s’agissait  »apparement » de roulements classiques en 1 partie et non de roulements coniques à rouleaux qui eux sont en 2 parties.

Montage des tambours et des roulements.

C’est fini !

Du côté de la barre stabilisatrice d’un diamètre de 15mm sur ce modèle, les caoutchoucs neufs montés sur les bras de suspension inférieurs ne sont pas au bon diamètre intérieur. La bague métallique d’origine a beaucoup trop de jeu. Après quelques recherches sur le 356registry, le problème serait connu depuis longue date mais ce n’est pas pour autant que ces caoutchoucs sont modifiés.

De nouvelles bagues de diamètres 16 mm au lieu de 14 sont fabriquées.

 

2 réflexions au sujet de « REMONTAGE DU TRAIN AVANT »

  1. bonjour par rapport a votre magnifique exposé sur la révision des axes de fusée, pouvez-vous me donner plus d’info sur la mesure et le choix des épesseurs pour obtenir un bon règlage de l’angle de carrossage en résumé je ne maitrise pas l’explication de la figure 32.(demande pour porsch 356)
    merci de vous lire
    Maurice

  2. Bonjour
    Merci pour votre commentaire.
    Pour connaitre le nombre de rondelles à mettre, il faut mesurer le décalage qu’il y a entre les 2 bras de suspension au niveau des plans d’appui. Par exemple si vous avez 5 mm de décalage, (voir tableau fig. 32), il est noté qu’il est nécessaire de mettre 3 rondelles en A et D et 7 rondelles en B & C (voir fig. 33 pour le repérage des rondelles).
    Vous devez obtenir au final un carrossage de 0° 40′ ± 30′. Voir article http://resto356a.fr/controles-et-reglages-des-trains-roulants-facom-u75/
    Les rondelles font toutes 0,25 mm d’épaisseur.
    Bon montage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *