MISE AU POINT – COMPTE-TOURS

Le compte tours a parfaitement fonctionné pendant 150 km, jusqu’à ce que l’aiguille reste figée. Le démontage du cable à l’arrière du compteur confirma mes craintes, un mélange de graisse et d’huile présent au niveau du raccord. Etonnant car je pensais avoir pris (toutes ?) les précautions en mettant un joint spi neuf en sortie de pompe à huile sans oublier la rondelle spécifique. Aucune fuite d’huile n’était d’ailleurs à déplorer lors des essais du moteur sur banc cet hiver …

En attendant de comprendre l’origine du problème, le compte tours doit être révisé. J’ai bien pensé à l’envoyer chez un professionnel mais celui qui s’était occupé de la restauration des instruments (voir cette ancienne NOTE) est depuis à la retraite et ne voulant pas prendre le risque qu’un prestataire garde l’instrument des mois durant, la décision est prise de le faire soi-même. Le cerclage est desserti au moyen de petits tournevis en prenant soin de ne pas le marquer.

Le cerclage et le verre sont déposés.

Surprise au démontage du mécanisme ! Un des deux manchons en caoutchouc qui sert à canaliser le flux lumineux des ampoules vers les voyants est complètement détruit !

Le mécanisme du compte tours, vue de coté

Vue de dos

La graisse qui était dans la gaine neuve est montée dans le mécanisme, poussée par l’huile depuis la pompe à huile du moteur.

N’ayant pratiquement pas roulé lorsque l’aiguille s’est bloquée, c’est essentiellement de la graisse qui est montée dans le mécanisme, l’huile n’ayant pas eu le temps d’arriver.

Côté cloche, on voit bien la graisse qui s’est accumulée sur la paroi, ce qui empêchait de laisser tourner librement le mécanisme.

Ca ne risquait pas de rouiller …

Après un bon nettoyage, l’ensemble est remonté.

Reste le problème de cette pièce en plastique souple que je ne peux pas remonter dans l’état. Je comprends mieux maintenant la raison pour laquelle un des deux voyants était à peine visible. La difficulté est qu’il n’existe pas (?) de pièce de rechange mis à part racheter un nouvel instrument avec le risque que cette pièce soit également inutilisable ou même manquante. Après renseignements il s’avère que cette pièce serait souvent durcit par le temps, tombant en poussière ! La mienne est comme fondue par la chaleur !

Le manchon en position au dos du fond de compteur.

C’est sous cette angle que m’est venu l’idée …

… d’utiliser une chaussure de poupée !  😆 Qui ne connaît pas les « polly pocket » !

C’est pratiquement la bonne pointure !

S’en suit un coup de cutter et le collage d’un manchon caoutchouc au bon angle.

Ce jouet a trouvé sa place dans le compte-tours de la 356 ! La souplesse du matériau similaire à la pièce d’origine assurera une bonne étanchéité lumineuse au dos de l’instrument.

l’ensemble est remonté, non sans difficulté car il est nécessaire au final de dévisser le fond de l’instrument (au moyen des 2 petites vis en façade) pour arriver à monter l’ensemble avec ces deux manchons caoutchouc en position. A défaut d’enlever l’aiguille (trop de risque …), le capuchon chromé a été décollé pour avoir suffisamment d’angle au moment du remontage.

Un rondin métallique fait parfaitement l’affaire pour le sertissage. Merci Pascal G. pour m’en avoir donner l’idée.

Une fois le rebord partiellement rabattu, il est possible de terminer le sertissage en faisant tourner l’instrument sur lui même (sur une plaque de CTP) tout en appuyant fermement sur le rondin.

Cela devrait tenir jusqu’au prochain démontage.

Avant de rebrancher l’instrument, il reste encore à comprendre la raison pour laquelle l’huile du moteur a pu remonter par la gaine alors que le joint spi était neuf. Surtout qu’aucune fuite n’était à déplorer lors des essais sur banc l’hiver dernier.

C’est alors que je me suis souvenu avoir changé le joint spi par un neuf au moment du montage du moteur dans l’auto. Mal m’en a pris, c’est bien ce joint qui est à l’origine du problème. Après mesure au pied à coulisse, le diamètre extérieur est 5/10° trop petit !!! Cela suffit pour que l’étanchéité ne soit pas assurée …

Le cable du compte-tours a finalement été retiré de la gaine pour un nettoyage en profondeur de l’ensemble. Un nouveau joint spi (au bon diamètre) est mis en place et depuis le compte tours fonctionne de nouveau !

La mise au point continue, de nouvelles notes sur le blog en perspective sur des travaux en cours dont je me serai bien passé …

CONTROLE TECHNIQUE OU PAS ?

C’est la question que l’on peut se poser depuis la sortie du décret 2017-208 du 20 février 2017 qui dispense les véhicules, de moins de 3,5T immatriculées avant le 1° Janvier 1960, de passer ou pas le contrôle technique !

A lire sur le site de Légifrance ICI. Ce décret redéfinit la notion de véhicule de collection selon 3 critères :

  • véhicule agé de plus de 30 ans
  • véhicule qui n’est plus produit
  • véhicule conforme à l’origine

Continuer la lecture de CONTROLE TECHNIQUE OU PAS ?

EPERNAY « CAPITALE » DE LA SELLERIE

Nombreux sont ceux qui s’intéressent à la Porsche 356 connaissent les travaux de sellerie de Jean-Philippe DUVAL à Epernay (Automobile Sellerie). Il n’est pas rare de croiser une 356 dont la sellerie a été réalisée par ses soins ! Sa réputation n’est plus à faire, il les connait sur le bout des doigts, il possède tous les gabarits des différents modèles (356 et pas seulement, 911, etc …)

Cela tombe bien pour les gabarits car je n’avais pratiquement aucun morceau de la sellerie d’origine sur l’auto, sièges de BT6, ciel de toit changé, habillage arrière changé, etc … Continuer la lecture de EPERNAY « CAPITALE » DE LA SELLERIE

CONTRÔLES ET RÉGLAGES DES TRAINS ROULANTS – FACOM U75

Les contrôles et réglages des trains roulants ont été réalisés avec un ancien appareil FACOM U75 des années 70. Il s’agit de matériel bien moins sophistiqué que ceux que l’on trouve aujourd’hui chez les spécialistes mais bien suffisant pour contrôler une 356 qui est une auto d’une conception des années 50 !

Ce n’est d’ailleurs pas sans une certaine appréhension que j’attendais ces contrôles depuis la réparation du train avant (voir cette NOTE) qui avait été une étape clé dans la restauration de la voiture.

L’armoire FACOM U75 en question :

Elle est composée principalement de 2 porte projecteurs (appareils à trois branches), de 2 projecteurs lumineux (qui ressemblent d’aspect extérieur à des anciennes caméras super 8), de 2 écrans d’alignement avec trépied (au centre sur la photo), d’un presse pédale de frein (en haut) et d’une règle de parallélisme (en bas de l’armoire).

Continuer la lecture de CONTRÔLES ET RÉGLAGES DES TRAINS ROULANTS – FACOM U75

COUPE BATTERIE PORSCHE 356

Voici un tout premier article sur cette nouvelle plateforme après la fermeture définitive des serveurs de chez Skynet le mois dernier ! Tous les abonnés à la newsletter du blog ont été  »normalement » réinscrits.

Après avoir installé au départ un coupe circuit à molette pour les premiers démarrages, il est temps en vue des premiers tours de roue de changer de système pour monter le carton de batterie qui permet surtout de la maintenir.

Continuer la lecture de COUPE BATTERIE PORSCHE 356

SOMMAIRE BLOG PORSCHE 356

En attendant de prendre en main cette nouvelle interface pour publier de nouvelles Notes, le sommaire est de nouveau en ligne, tous les liens pointent cette fois-ci sur le nouveau serveur. Skynet peut fermer, Adieu Skynet !

01- ACHAT :

Continuer la lecture de SOMMAIRE BLOG PORSCHE 356