EPERNAY « CAPITALE » DE LA SELLERIE

Nombreux sont ceux qui s’intéressent à la Porsche 356 connaissent les travaux de sellerie de Jean-Philippe DUVAL à Epernay (Automobile Sellerie). Il n’est pas rare de croiser une 356 dont la sellerie a été réalisée par ses soins ! Sa réputation n’est plus à faire, il les connait sur le bout des doigts, il possède tous les gabarits des différents modèles (356 et pas seulement, 911, etc …)

Cela tombe bien pour les gabarits car je n’avais pratiquement aucun morceau de la sellerie d’origine sur l’auto, sièges de BT6, ciel de toit changé, habillage arrière changé, etc … Concernant la couleur de la sellerie, Porsche proposait en standard pour les 356 A de couleur meissen blue deux teintes : Rouge (ref. 5703B) et Marron (ref. 5703A) – source derwhites356literature, document de chez HOFFMAN, distributeur Porsche pour les USA. On peut voir également sur cette fiche que sur les 356 cabriolet (toujours en messein blue) les couleurs proposées en standard étaient rouge et beige et pour les 356 speedster par exemple c’était le rouge et le noir.

Su cet autre document datant de 1958 (source derwhites356literature), on peut y voir certaines options comme le cuir à $114,50 pour un coupé standard qui lui est à $2785  (prix Europe) et $3790 (prix livré aux US). On y trouve aussi l’option moteur 1500 GS carrera à $ 1105 !

D’après ce calculateur d’inflation (ICI) $2785 pour un coupé A en 1958 représenterait de nos jours la modique somme de $24585 soit un peu moins de 21000 €,  le moteur carrera $9724, un toit ouvrant $1368 … vite un bon de commande !!!

Comme déjà évoqué dans cette NOTE publiée fin 2013, aucune information sur le coloris intérieur ne figurait sur le certificat d’identification délivré par Porsche,

ni même sur le KARDEX d’origine.

Le seul indice sur l’intérieur figure dans les options avec un jeu de tapis coco de couleur bleue ! coco bleu intérieur marron ? coco bleu intérieur rouge ? Je ne saurai certainement jamais … Après plusieurs hésitations, mon choix s’arrêta sur un intérieur de couleur rouge même si parfois le doute a subsisté. Il est vrai qu’une voiture bleue avec un intérieur rouge a de quoi intriguer mais ayant déjà vu des 356 avec ce combo de couleur, le risque était … mesurée !

Simili ou Cuir ? Pour $114,50 de plus, l’option cuir sera finalement retenue.

Une autre AT2 meissen blue avec un intérieur marron (en premier plan) était présente ce jour là. Quelques jours plus tard, une troisième AT2 meissen blue (celle de Maurice, refaites également chez le même carrossier, Benoit GOIN) était présente pour la réalisation d’une sellerie bleue cette fois-ci. C’était sans aucun doute le mois du meissen blue à Epernay !!!

Les sièges avaient été préparées quelques temps auparavant.

Ciel de toit, tendu !

Pose des moquettes en cours, repose des grilles de haut-parleurs …

Détails en cours de finition …

Quelques semaines plus tard lors des premiers essais routiers …

Sympa les appuis têtes !

Panneau de porte avec le profil supérieur peint dans le même ton.

Un détail en passant remarqué sur quelques rares autos d’origine comme celle de Roy en Angleterre en possession depuis plus de 40 ans une 356 AT2 jamais restaurée; la moquette qui remonte sur l’habillage latérale. La dimension est de 135 mm depuis la baguette de seuil en alu jusqu’au dessus du passe fil de la moquette. Thanks Roy for this measure !

Le résultat, made in jean-Philipe !

A propos de cette auto d’origine, j’avais reçu il y a quelques temps une photo du tableau de bord jamais repeint avec une plaquette de meissen blue envoyée à son propriétaire, le résultat semble être très correct … (voir ces anciennes NOTES)

Un tissu très proche de l’origine est utilisé avec la couture au même endroit pour les vides poches des panneaux de porte.

Banquette arrière.

Rien n’ai laissé au hasard, tout est bien tendu et fini jusque dans les moindres détails. Un vrai travail artisanal réalisé avec passion, chapeau l’artiste ! 

En attendant la suite, la mise au point s’avère être finalement un peu plus longue que prévue. Compte tours et compteurs capricieux, moteur d’essuie glace qui ne voulait plus s’arrêter, une fuite d’essence au niveau du flotteur, un moteur qui chauffe (!) … 

La mécanique continue … le blog aussi !

3 réflexions au sujet de « EPERNAY « CAPITALE » DE LA SELLERIE »

  1. Merci pour les news. Depuis le temps !…je n’y croyais plus…
    Bravo encore une fois de nous régaler, bon courage et vivement les prochaines news.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *